«Soutien en matière de législation contre la traite des personnes en Tunisie et renforcement des capacités nationales pour l'identification et l'assistance des victimes» (SHARE2)

Description du projet

Dans un contexte mondial où la traite des personnes est un phénomène toujours plus répandu, la Tunisie ne saurait être éloignée de ce problème. L’Etude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie, publiée en 2013, a démontré que la Tunisie est concernée par la traite en tant que pays source, de destination, et potentiellement de transit. Sur le territoire national, les victimes sont principalement des enfants, mais aussi des femmes et des personnes porteuses de handicaps.

 

En Tunisie, des efforts considérables ont été déployés ces dernières années dans la lutte contre la traite des personnes ; ainsi, la Tunisie s’est dotée en août 2016 d’une Loi organique relative à la prévention et à la lutte contre la traite des personnes (Loi n°61-2016). L’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes a été mise en place en février 2017. Le gouvernement tunisien dans son ensemble est engagé pour lutter contre ce crime, et des progrès importants dans l’identification et la prise en charge/protection des victimes, ont été recensés. La société civile et particulièrement les associations qui œuvrent à la protection des migrants ou encore des mères célibataires, jouent un rôle-clé à ce niveau.

Détails du projet

Dans le cadre du Projet « Renforcer les capacités nationales pour mettre en œuvre la loi de lutte contre la traite des personnes en Tunisie », l’OIM soutient la Tunisie dans ses efforts pour combattre la traite des personnes à l’intérieur et hors de ses frontières. Ainsi, en étroite collaboration avec le gouvernement tunisien, l’OIM vise à atteindre les objectifs suivants:

 

- Soutenir la Tunisie dans ses efforts en matière de législation/politiques publiques contre la traite des personnes, pour ainsi assurer la mise en œuvre de la Loi n°61-2016.

- Renforcer les capacités des autorités tunisiennes pour réaliser des enquêtes et des poursuites contre la traite, à travers une approche centrée sur la victime, et sur la base de la Loi n°61-2016.

- Améliorer et s’assurer du caractère systémique des services délivrés par l’Instance nationale et par les associations au profit des victimes de la traite des personnes.

- Fournir une assistance sociale aux victimes, dans le respect de leur identité, de la confidentialité et de leurs besoins spécifiques.