«Soutien en matière de législation contre la traite des personnes en Tunisie et renforcement des capacités nationales pour l'identification et l'assistance des victimes» (SHARE2)

Description du projet

Financé par : Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique (Bureau de J/TIP)

Organisme exécuteur : Organisation Internationale pour les Migrations (OIM)

Couverture géographique : Tunisie

Durée : 3 ans (2014-2017)

Budget : 700,000 USD

Partenaires : Instance Nationale contre la Traite / Ministère de la Justice (chef de file du Projet), Ministère de l’Intérieur, Ministère des Affaires Sociales, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Ministère de la Santé / Organisations Internationales/ Société Civile tunisienne.

 

Dans un contexte mondial où la traite des êtres humains est un phénomène de plus en plus important, aucun pays n’est épargné et la Tunisie ne saurait être éloignée de ce problème. Selon l’« Etude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie » publiée par l’OIM en 2013 et financée par le Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique (Bureau de J/TIP), la Tunisie est actuellement considérée comme un pays d’origine, de transit et de destination de la traite de personnes, hommes, femmes et enfants sujets au travail forcé, à la servitude domestique et à l’exploitation sexuelle.

 

Depuis 2011, en adéquation avec les actions mises en place par le projet SHARE «Soutien et Transfert des Mécanismes d’Assistance, d’Orientation ainsi que d’Echange d’expérience en matière de traite des personnes » développé par l’OIM et financé par le Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, Bureau de J/TiP, le gouvernement tunisien a commencé à prendre les mesures nécessaires afin de lutter la traite des personnes à travers son projet de loi en cours de discussion.

 

Malgré les efforts entrepris, le « TiP Report » recommande au gouvernement tunisien d’agir de façon urgente en vue de faire adopter le projet de loi anti-traite, de mettre en œuvre un Plan National d’Action contre la traite en Tunisie, et enfin de durcir les mesures de punition de toutes les formes de traite et ce, en accord avec le Protocole de Palerme, ratifié par la Tunisie en 2003.

 

 

Détails du projet

Sur la base de ces recommandations et en continuité avec les résultats du Projet SHARE, le présent Projet aura pour objectifs d’aider le Gouvernement Tunisien à adopter le projet de loi anti-traite et à élaborer un Plan National d’Action, tout en veillant au renforcement des capacités et des connaissances nationales en matière d’identification et de protection des victimes de la traite.

 

En outre, des campagnes d’information et de sensibilisation seront développées, visant spécifiquement les jeunes en tant que groupe cible spécifique pour ce projet étant donnée leur vulnérabilité vis-à-vis de ce crime. Finalement, le projet aura une composante d’assistance dans laquelle l’OIM fournira une assistance directe aux victimes de la traite, conformément au Mécanisme National de Référencement élaboré dans le cadre du projet SHARE.

 

Sur une durée de 36 mois (Octobre 2014 à Septembre 2017), le projet comprendra des formations à destination des décideurs politiques et fonctionnaires de terrain, des ONG nationales, ainsi qu’aux journalistes et médias locaux. Le but étant de renforcer les capacités gouvernementales et non-gouvernementales pour faire face à cette problématique en Tunisie et de pouvoir identifier et protéger les victimes selon leurs besoins.

 

Ce projet a pour but d’apporter un soutien technique à la Commission Nationale Anti-Traite en Tunisie, à travers une coopération étroite avec différentes entités gouvernementales, particulièrement le Ministère de la Justice, le Ministère de l’Intérieur, le Ministère des Affaires Sociales, le Ministère de la Femme, de la Famille et d el’Enfance, le Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, le Ministère de la Santé et le Ministère des Affaires Etrangères. Aussi, des ONG tunisiennes seront associées directement dans toutes les phases du Projet, en particulier : l’Association Amal, l’Association Beity et le Croissant Rouge Tunisien. En outre, des synergies avec les organisations internationales telles que le Conseil de l’Europe et la Ligue des Etats Arabes, ainsi que les agences des Nations Unies spécialement l’OHCHR, l’UNODC, l’UNHCR, l’UNFPA et l’UNICEF, seront assurées durant toute la mise en place du projet. Finalement, des partenariats stratégiques en matière de lutte contre la traite seront établis avec les Ambassades et Consulats étrangers basés en Tunisie, ainsi qu’avec les médias nationaux (TV, radio, réseaux sociaux) afin de prévenir ce phénomène dans toutes les couches de la société tunisienne.

 

Contacts : CTtunis@iom.int

L'Histoire de fatma

Approche de l'OIM