Projection-débat autour de la Campagne #Pas à vendre lors de la Première Edition du Festival du Court au Kef


Post date: 
01/09/2016 - 4:31pm
Author: 
ZIED

Le Kef- 25 août 2016

Le 25 août 2016, a été organisée au Kef une séance de projection-débat dédiée à la thématique de la traite des personnes autour de la Campagne de sensibilisation #Pas à vendre. Cette séance a été organisée dans le cadre de la Première Edition du Festival du Court au Kef. L’événement a été assuré grâce au soutien de l’association des Arts pour le Cinéma et le Théâtre du Kef et à la participation des jeunes ambassadeurs de la Campagne.

 

Devant un public hétérogène, composé essentiellement de jeunes actifs dans la société civile kéfoise, de jeunes réalisateurs,  d’experts en cinéma et en court-métrages et de citoyens de la ville du Kef, la première Campagne nationale de lutte contre la traite des personnes en Tunisie, #Pas à vendre, a été projetée au Théâtre de Poche au Kef.

Les intervenants ont fortement apprécié le matériel de la Campagne #Pas à vendre notamment les cinq mini-films et le spot. « C’est du matériel que nous pourrons utiliser pour sensibiliser les enfants et les jeunes dans les institutions éducatives privées et publiques dans la région » explique l’une des participantes, enseignante de profession.

La question relative au travail des petites filles de la région du Nord-Ouest tunisien notamment du Gouvernorat du Kef dans les grandes villes tunisiennes a très vite attiré l’attention des participants.

Ainsi, des intervenants ont précisé suite à la projection de la Campagne que des petites filles de la région sont recrutées via des intermédiaires « Samsara » et ce, avec l’accord de leurs familles, pour travailler en tant qu’aide ménagères chez de riches familles tunisiennes. Cette situation rend ces petites filles très vulnérables et les expose à des situations humiliantes et insupportables pour un enfant : exploitation, abus, privation de liberté, etc.

Dans un but d’une meilleure prévention de la traite des personnes, un appel a été lancé au public, et surtout aux jeunes, concernant la vérification auprès des autorités nationales compétentes notamment auprès des services concernés du Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, toute promesse ou contrat de travail à l’étranger. Ainsi, il a été expliqué que le Ministère met à disposition du grand public notamment des demandeurs d’emploi à l’étranger, la liste des 20 établissements privés de placement à l’étranger autorisés. Cette démarche éviterait toute exploitation ou arnaque suite au recrutement avec de faux contrats de travail à l’étranger. « Il faut faire attention sur Internet notamment sur Facebook, nous donnons beaucoup d’informations aux réseaux pour décrocher  un travail à l’étranger. Ces réseaux peuvent nous menacer de s’en prendre à nos familles en cas de dénonciation» ont alerté les jeunes ambassadeurs de la Campagne #Pas à vendre. « A travers les mini-films nous avons voulu mettre la lumière sur les jeunes tunisiens qui partent travailler à l’étranger sans s’assurer des vraies conditions de travail », explique l’un des jeunes ambassadeurs.

Ainsi, il a été signalé qu’il existe actuellement un cadre législatif qui permet de protéger les victimes et de persécuter les réseaux notamment transnationaux de traite des personnes. La Tunisie dispose désormais d’une Loi organique n°2016-61 du 3 août 2016, relative à la prévention et à la lutte contre la traite des personnes. Cette loi est construite autour des « 4 P » (Prévention, Protection, Poursuite et Partenariats) éléments définis dans les standards internationaux ratifiés par la Tunisie tel que le Protocole de Palerme.

Les participants à la séance de projection débat, se sont réjouis de l’adoption de la Loi. Pour eux, il s’agit d’une importante avancée qui va permettre non seulement de lutter contre le phénomène mais aussi d’assurer la protection adéquate et nécessaire à toutes les victimes de la traite des personnes et ce qu’elles soient tunisiennes ou étrangères.

La sensibilisation au phénomène de la traite des personnes a aussi attiré l’attention des participants à la projection débat de la Campagne. Ainsi, l’une des questions qui a été posée à l’OIM est de savoir quels outils utiliser pour sensibiliser le grand public au phénomène qui reste encore de nos jours très mal connu des Tunisiens.

Conscients des dangers de la traite des personnes, les participants se sont indignés face à la recrudescence du phénomène en Tunisie et dans le monde. Pour eux, il devient de plus en plus urgent de faire face à la traite des personnes en persécutant les réseaux de traite internes et transnationaux qui exploitent les catégories les plus vulnérables notamment les enfants et les femmes. 

Les membres de la société civile de la région du Kef, ont été quant à eux très intéressés par les différents types d’assistance à fournir aux victimes de la traite interne et transnationale en cas de détection. La formation fournie par l’OIM reste à ce stade nécessaire même primordiale pour renforcer leurs capacités afin de faire face à ce crime et cette grave violation des droits humains. La documentation de l’OIM Tunisie, à savoir les activités du projet SHARE II, l’Etude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie (2013), ainsi que les statistiques relatives aux victimes détectées et assistées par l’OIM en Tunisie ont été sollicités par plusieurs partenaires présents le 25 août au théâtre de poche  pour la projection débat de la Campagne #Pas à vendre.

 

 

Matériel de sensibilisation de l’OIM Tunisie contre la traite des personnes

 

 

 

Ambiance au Théâtre de Poche au Kef avant la Projection débat de la Campagne #Pas à vendre

 

    

 

 

Les organisateurs de la première édition du Festival du Court au Kef se sont montrés très intéressés à la thématique de la traite des personnes. Des projections de la Campagne ainsi que des activités liées à la traite des personnes seront prévues dans le cadre des activités de  l’Association des Arts pour le Cinéma et le Théâtre du Kef.


Documents: 
PDF icon Projection-débat autour de la Campagne #Pas à vendre lors de la Première Edition du Festival du Court au Kef.pdf